• antoinemorlighem

Quand le Brand content passe au recyclage

Mis à jour : 17 nov. 2020

Selon l’ADEME, le secteur numérique dépassera cette année celui de l’aviation en termes de pollution. Et si, plutôt que du succomber à la frénésie d’une production de contenu déraisonnée, on passait à l’écologie éditoriale ?

Les entreprises sont assises sur un trésor caché : celui de leurs publications passées. Première étape donc, sur la voie de l’écologie éditoriale : se plonger dans l’historique de leurs contenus à l’aide d’outils et de méthodes d’ingénierie éditoriale pour en extraire la substantifique moelle. Ne reste plus ensuite qu’à les reconvertir sous une autre forme et les enrichir. Quatre grandes méthodes se dégagent :

  • La compilation : faire l’inventaire de ses archives pour regrouper des informations ou données qui font sens afin de les créer un nouveau contenu à forte valeur ajoutée.

  • L’upcyclage : reprendre les contenus passés en les enrichissant ou en les présentant sous des formats différents (infographies, podcasts, etc.) ou via d’autres médias.

  • L’élagage : couper, fusionner, alléger les contenus existants de son site Internet par exemple pour créer une expérience de visite plus claire et efficace.

  • La rénovation : changer le style, la langue, l’angle des contenus pour mieux s’adapter au public ciblé.

Recycler ses contenus, ce n’est donc pas de la paresse éditoriale, mais bien un moyen de faire le bilan de ses actifs, d’affiner son message et de générer une nouvelle valeur à peu de frais.


#Brandcontent #Recyclage #Upcyclage #Contenu #Editorial